Rechercher
  • laetitia-ramel

L’intuition ou le moment « Eurêka »

« L’intuition, c’est comme un chat. Elle peut être amadouée, mais généralement elle ne vient pas si on l'appelle » J. Kounios.



Sous la douche, dans les bras de Morphée ou dans la sécurité de la thérapie, l’éclair de génie nous foudroie. Des idées créatives à la formule scientifique qui révolutionne le monde, voici une introduction à l’intuition… pour mieux la stimuler.


« Mais qu’en est-il de la première grande intuition de l’astrophysicien Stephen Hawking en 1970 ? C’est hors du cadre formel de l’université, en mettant sa fille au lit, qu’il eut une révélation : les trous noirs sont dotés d’entropie.

Son « moment Eureka » ainsi qu’il l’appelait, l’a conduit à formuler le rayonnement de Hawking qui a contribué à sa célébrité.

Longtemps considéré comme irrationnel, l'intuition est devenue, à travers son élan visionnaire, un domaine de recherche à part entière. »

Même sans entrer dans l'histoire, nous avons tous connu ces moments d’intuition qui transforment nos vies. Et elles ne sont pas réservées à une élite !

L'effet « douche »


« Au quotidien, il semble naturel que les feux d'artifices créatifs embrasent en priorité nos lieux de travail. Or, c'est sous la douche que naissent les idées géniales !

Une étude menée par le psychologue B. Kaufman, spécialiste de l'intelligence créative à l'Université de Pennsylvanie, révèle que 72 % des personnes interrogées à travers le monde voient jaillir de meilleures inspirations sous la douche qu’au travail, la version moderne du bain d'Archimède et de son célèbre Eurêka.

Cette étude met en lumière l'importance de la relaxation pour que puisse éclore l'étincelle de génie.

L'environnement relaxant, solitaire, imprégné de non-jugement, propre à la douche, favorise la pensée créative en permettant à l'esprit de vagabonder librement, d'avoir ainsi accès à une ouverture de conscience, à une forme de rêve éveillé, révèle-t-il.

Au-delà de nos ablutions, Kaufman conseille, pour favoriser les idées créatives, de se ménager suffisamment de temps et d'espace pour la solitude. Avec, pourquoi pas, une pièce dédiée à la rêverie, isolée des stimulations donc des écrans et bruits extérieurs. « Le silence fait remonter l'intuition qui me donne des réponses, même quand je ne pose pas de question».

Dans cette société hyper-connectée qui brouille notre intuition et privilégie l'aspect cognitif, l’effet « douche » permet d'expérimenter un état élargi de conscience. » par Carine Anselme, extrait du magazine Inexploré, n°47.



L’effet hypnotique


Ce recentrage essentiel sur soi pendant un instant, permettant de laisser aller les pensées, de se laver le corps peut être imaginé comme un nettoyage de l’esprit également. Dans cet état de relaxation, les idées fusent, se réorganisent, tout un travail se fait intérieurement. D’où cette sensation agréable dans le corps et l’esprit après une douche, après un moment à soi, après une balade ou un morceau de musique.

Nous pouvons développer le potentiel de cet instant, simplement en imaginant, que même si l’eau n’arrive pas à tout enlever, à tout dissoudre, à tout diluer, si quelque chose de lourd, terne, sombre persiste, cette métaphore de l’étang est idéale pour « lâcher-prise » sur certains sentiments ou ressentis ou événements de la journée, sous forme d’un rocher, d’un lourd poids vous empêchant d’avancer et de vous libérer.

Imaginez…

...un étang…


« Imaginez que vous vous tenez sur une corniche qui surplombe un étang tranquille, et que vous soulevez un lourd rocher au-dessus de votre tête. Observez le rocher alors que vous le laissez tomber dans l’eau, comme au ralenti, le plouf et la façon dont il s’apaise, et le rocher qui s’enfonce dans l’étang. Et alors qu’il s’enfonce, imaginez l’eau qui se referme sur lui, en formant des cercles d’ondulation qui s’éloignent en parcourant toute la surface de l’étang. Continuez à observer ces ondulations alors qu’elles se croisent et se décroisent jusqu’à ce que finalement, elles disparaissent complètement, ramenant l’état initial d’eau calme comme un miroir. » Métaphores et suggestions hypnotiques du Dr Hammond.


Cet état de conscience modifiée, fixé sur l’imaginaire, s’appelle l’hypnose. Durant les séances, nous sommes dans cet état, ni endormi, ni éveillé, comme « dans sa bulle », concentré à se libérer.

Dans tous ces moments « dans la lune », tous ces moments où l’esprit lâche le monde du quotidien, en hypnose, en écoutant un morceau de musique, en admirant une fleur ou sous la douche, tous ces moments favorisent cette introspection, mettant l’activité consciente en pause et laissant la puissance de l’inconscient vous libérer :

Libérer l’éclair de génie !


Voici une histoire très symbolique que je vais vous conter :


« C'est l'histoire d'un homme en quête du bonheur et de la vérité. Sa route croise celle d'un maître qui lui révèle que, certes, c'est loin, mais il trouvera ce qu'il cherche dans 3 échoppes d'un village précis. Le chercheur d'absolu finit par l'atteindre.

Et là, dans les boutiques, il ne trouve que du fil de fer dans l’une, morceau de bois dans l'autre et pièces éparses de métal dans la 3e. Découragé, l'homme part se réfugier dans une clairière voisine... quand une mélodie sublime déchire sa nuit. En s'approchant du musicien, il est saisi en découvrant que l'instrument céleste est une cithare composée de morceaux de bois, pièce de métal et fil d'acier qu'il venait de voir dans les échoppes villageoises.

À cet instant, il connut l'éveil : le bonheur est la synthèse de tout ce qui nous est déjà donné, et notre tâche est d'assembler ces éléments dans l'harmonie. À vos cithares ! »



La clef est de nous entrainer à cultiver nos qualités, de les cumuler pour s’affranchir du bruit extérieur et faire les liens entre les solutions pour laisser l’intuition jaillir !

70 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout